London is the place for me : Trinidadian calypso in London, 1950-1956 (Mind & fat rec. 2005)

Le déclin de l’empire colonial britannique coïncide avec l’arrivé sur le sol anglais, d’une nouvelle vague migratoire venue des Caraïbes et en particulier de Jamaïque. Nous sommes en juin 1948 et le célèbre chanteur Lord Kitchener compose : London is the place for me. Avec Lord Beginner, ils rejoignent la fine fleur des musiciens familiers de musique caribéenne. Ensemble, ils vont réaliser un nombre conséquent d’enregistrements qui s’avéreront cruciaux dans le développement de la musique moderne britannique appelé alors ‘’swing & jazz ‘’. Important les rythmes de calypso et les chants carnavalesques des îles de Trinidad et Tobago, ils jouent une musique populaire traditionnellement tournée vers des sujets ayants traits à la vie sociale, la satire sexuelle ou les réminiscences de cultes religieux tel que le voodoo. Le Calypso de Trinidad préfigure l’industrie du disque jamaïcaine dont la forme musicale sera éclipsée à la fin des années 50. Durant cette décennie, il représente l’Angleterre noire. Le volume 2 sorti récemment, développe, avec le calypso, d’autres formes de musiques d’essences africaines. Deux très belles compilations agrémentées d’un livret détaillé, pour tous les amateurs de musiques noires en quête de nouvelles pépites

Jean Bernard Bassach, septembre 2005.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s