Dangerdoom : The Mouse and the Mask (epitaph 2005)

DANNIEL DUMILE : De Operation Doomsday à King Geedorah Take Me To Your Leader, en passant par Vaudeville Villain, Venomous Villain sous le nom de Victor Vaughn, Madvillain et Mmm…Food, plus la série d’instrumentaux Special Herbs, et sans parler des featurings et autres collaborations (dernièrement Blendcrafters avec Nu-Mark et DJ & Pomo) Daniel Dumile a fait du chemin depuis KMD son groupe d’origine et le premier Mr Hood et l’album Black Bastard mis au placard par elektra pour une pochette non politiquement correct.

DANGER MOUSE : producteur du dernier Gorillaz, respecté et téléchargé abondamment, notamment pour la re production du Black album de Jay Z et le White album des Beatles, que l’ingénieux dj mixe les deux et sort le Grey album (1 million de téléchargements en une semaine…) Il travaille également avec Tash des Alkaholiks, J Zone, Prince Po, Organized Konfusion, Sadat X, Cee Lo et Sage Francis.

L’album Dangerdoom réunit donc ces deux grosses pointures autour de 14 titres pour une durée de 40 mns. Dans une ambiance de comics et super héros issus des séries de la chaîne télé Adult Swim, les personnages de Harvey Birdman, Space Ghost et Aqua Teen Hunger Force prêtent leur voix et inspirations par le biais d’interludes délirants. Au fil des titres un gros ‘’relou’’ oscille entre rage et persuasion et laisse de savoureux messages sur répondeur.
Une production réussie, riches de sonorités 70’s, de samples, de cordes, de cuivres et de funky beats finement bouclés (un bémol pour le titre Benzie Box feat, Cee-Lo qui sonne quelque peu Gorillaz).

 »Why did u buy this album u stupid » introduit le premier titre lourd de l’album, suivent El Chupa nibre, Sofa King qui sont du même acabit. Ghostface Killah n’est pas venu pour s’asseoir au fond de la classe et déboule en trombe sur The mask. Talib Kweli la joue  »old school » et on est d’accord. A T H F pour Aqua Teen Hunger Force semble être le personnage préféré de Doom,  »Hey yo, I know this
dude right
 ». Sans oublier l’étrange Vats of urine « Everybody talkin’ ’bout pistols, gats, it’s boring/Came with a new topic to flip you: vats of urine. » et le « No names « debbie the teacher ?oh u mean black debbie « .
L’album se termine avec Bada bing et moult instruments à vents, une programmation accomplie qui laissera les aficionados du mc Metal Face Doom repus jusqu’aux prochains épisodes… www.dangerdoom.com

Christophe Giffard, février 2006.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s