Ray Barretto : Acid (Fania 1967)

Ray Barretto débute sa carrière au début des années 50, en reprenant des thèmes traditionnels du jazz nord-américain, auxquels il intègre rapidement une touche caribéenne. Ce style musical, c’est le latin-jazz, qui lui permettra d’intégrer divers orchestres, où il collaborera entre autres avec Tito Puente, Max Roach, Art Blakey ou encore Dizzy Gillespie. Une Autre rencontre sera décisive pour le Rey de las manos duras, celle du label Fania, avec lequel il signe un contrat d’exclusivité en 1967. L’excellent Acid sortira la même année, et marquera le renouveau de l’artiste, qui y expérimente la fusion rythm and blues/musiques latines. Enregistré en temps réel pour garder une certaine spontanéité, il comporte 8 titres construits autour d’une puissante phrase de basse, quasiment immuable du début à la fin du morceau, sur lesquelles le reste de l’orchestration vient se plaquer. Inspiration latin soul pour El nuevo Barretto, mercy, mercy, baby, A deeper shade of soul, The soul drummers, Teacher of love, Acid; ambiance plutôt salsa pour Sola te dejaré, et improvisation libre pour le bien nommé Espiritu libre. Avec Acid, Barretto met le groove latin à l’honneur, dans toute sa diversité et sa créativité.

Annietha Gastard, novembre 2007.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s