HIGHLIFE TIME : Nigerian & ghanian sounds from the 60s & early 70s ( Vampisoul réédition 2008)

Enième compilation de musique moderne africaine fraîchement sortie des presses. En fait de fraîcheur, parlons plutôt de réchauffé : quoi de plus aisé que de faire peau neuve en grattant les vieilleries de l’Afrique post-coloniale – en ces temps de marasme économique – avec une jaquette réalisée à moindre frais, sans parler des droits que la plupart des artistes (décédés ou disparues) ne percevront jamais. Malgré ces faiblesses, la compilation reste un investissement moins risqué que l’album  »concept » dans la mesure ou l’on tombe toujours sur une perle rare au milieu de titres de factures plus classiques. Le High Life émerge en Afrique de l’Ouest anglophone grâce aux influences caribéennes dont s’imprègnent les fanfares militaires et autres groupes de « ballrooms » au contact de l’armée coloniale britannique majoritairement constituée de soldats jamaïcains aguerris, plus aptes à supporter la dureté du climat et la rudesse des combats. Fourre tout de l’Atlantique noire, le High Life s’inspire donc de plusieurs styles de musiques afro-américaines comme le jazz, le mento et/ou calypso tout en gardant ses influences typiquement continentales qui laissent transparaîtres les prémices de l’Afro-beat.

Jean Bernard BASSACH, février 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s