History Of Ska, Blue Beat & Reggae (Culture Press 2000)

Blue Beat représente pour le reggae ce que la Tamla Motown est à la soul. Il est, au début des 60’s, le label jamaïcain le plus influent d’Angleterre quant apparaît l’After-Beat. Plus connu en France sous le nom de ska, le style blue beat amalgame les musiques ska mais aussi jazz, rock steady ou rythm & blues.

Originaire d’Europe centrale, le distributeur puis producteur Shallit popularisa – au côté du jamaïcain blanc Siggy Jackson – la musique moderne des West Indies bien avant son principal concurrent Chris Blackwell de Island. D’abord sous licence, Shallit édite sur Blue Beat la musique de l’île puis produit ses propres perles de vinyles noirs à destination de la communauté caribéenne d’Angleterre et par ricochet pour la classe ouvrière britannique. Rare parmi les justes de la musique indépendante d’outre Manche à rétribuer correctement les artistes on lui doit l’un des plus beaux catalogue de early reggae sur lequel on peut redécouvrir le James Brown jamaïcain Prince Buster. Ce double CD compile plusieurs artistes et labels pour un répertoire de facture classique. Il permet d’avoir un aperçu honnête et peu coûteux de cette musique moderne difficilement dépassée.

Jean-Bernard Bassach, avril 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s